Connect with us

Urbanpress Sport

Echec au CHAN 2018 : “Un sentiment de colère et de tristesse” pour Ibrahim Kamara, le sélectionneur de la Côte d’Ivoire

Foot ivoirien

Echec au CHAN 2018 : “Un sentiment de colère et de tristesse” pour Ibrahim Kamara, le sélectionneur de la Côte d’Ivoire

Un peu plus d’une semaine après le dénouement du Championnat d’Afrique des nations, CHAN 2018 qui a vu le sacre du Maroc sur son sol, Ibrahim Kamara, le sélectionneur des Eléphants locaux, revient sur les raisons de l’échec de la Côte d’Ivoire à cette compétition continentale.

Lorsqu’ils quittaient Abidjan pour le Maroc pour disputer le CHAN 2018, Ibrahim Kamara et ses poulains affichaient une certaine confiance. Mais à l’issue des trois matchs de poule, les Eléphants locaux ont été sortis de la compétition avec un seul point pris et sans avoir inscrit le moindre but. Une grosse déception pour les Ivoiriens, mais aussi pour le sélectionneur.

“Un sentiment de colère et de tristesse. Nous n’avons pas été à la hauteur de ce qui devrait être un des moments forts de notre projet. (…) On a été rattrapé pas les exigences du haut niveau”, a déclaré Kamara dans une interview accordée au site officiel de la Fédération ivoirienne de football.

Pour l’ex-adjoint d’Hervé Renard, “le bilan n’est pas terrible”. Il fait le constat selon lequel le football africain n’est plus ce qu’il était il y a des années. “L’environnement du football africain a beaucoup progressé. Il va falloir mieux appréhender la préparation des échéances internationales. Le nom seul ne suffit plus”, lâche-t-il.

Le technicien ivoirien pointe aussi du doigt la fragilité de son groupe. Les blessures l’ont parfois obligé à recomposer son équipe. Sur le plan du jeu, Ibrahim Kamara accuse le manque d’expérience de ses joueurs. “La pauvreté de notre expérience internationale nous a rattrapés, notamment, sur les deux premiers matches où on n’a pas su gérer certaines circonstances de jeu.

Par exemple, le manque de concentration dans les dernières minutes du match contre la Namibie. Il ne faut pas aussi oublier la qualité des adversaires. On a attendu le troisième match contre l’Ouganda pour voir les garçons se rapprocher des exigences du très haut niveau continental. Je ne trouve d’excuses à personne. Mais malheureusement, c’était tard. L’expérience de ce CHAN sera bénéfique à tous”, tente-t-il de rassurer.

Dans cette grisaille, le sélectionneur des Eléphants locaux a pu trouver des motifs de satisfaction. “Il y a eu des progrès dans le jeu, sur le plan psychologique, physique, etc. Mais pas assez vite. Les joueurs ont pris la mesure de ce que peut demander, en termes d’exigences, ce type de matches ou de compétition”, poursuit-il.

Prochaine échéance pour le groupe de Kamara, les éliminatoires des Jeux Olympiques. Et pour ne pas subir le même revers qu’au Maroc, le technicien réclame “un chronogramme” permettant “de mettre en place un programme de préparation sur trois à quatre ans”. Pour lui, cela “évitera beaucoup de choses”.

Reste à savoir si son message sera entendu.

Contact rédaction & publicité : info@urbanpress.ci

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles dans Foot ivoirien

Publicité

Les plus Lus

Facebook

Publicité
En Haut
P